Affaire Baby-Loup ! Le Comité des Droits de l’Homme de l’ONU condamne la France pour discrimination

La Libre Pensée avait raison et se réjouit de cette décision !
mercredi 29 août 2018
par  mgrodin

– COMMUNIQUÉ DE PRESSE 

Affaire Baby-Loup !

Le Comité des Droits de l’Homme de l’ONU condamne la France pour discrimination :

La Libre Pensée avait raison et se réjouit de cette décision !

 

Le point final de l’affaire Baby-Loup a été mis par le Comité des Droits de l‘Homme de l’ONU (Source : Nouvel Observateur). La décision donne entièrement raison à l’analyse de la Libre Pensée qui a toujours affirmé que la question de la laïcité n’avait rien à voir avec cette affaire, mais que cela relevait d‘une campagne xénophobe contre les musulmans, ou présupposés tels.

C’est ainsi que la France a été condamnée en vertu des articles 18 et 26 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1966, pour « atteinte à la religion et discrimination en raison de la religion et du genre  ». La France est aussi condamnée à verser des indemnités importantes à la salariée injustement licenciée, ce qui est la preuve qu’il y a eu une faute, au nom du principe : pas de réparation sans préjudice. C’est parce que le préjudice est important, que la réparation l’est aussi.

Rappelons que ce Comité des Droits de l’Homme de l’ONU a récemment pris position pour permettre à Luiz Inácio Lula da Silva dit Lula d’être candidat aux élections présidentielles du Brésil. Ce Comité des Droits de l’Homme, organisme composé d’experts indépendants, chargé par les traités de surveiller l’application du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. L’expert proposé par la France est M. Olivier de Frouville, professeur de Droit Public à l’Université de Panthéon-Assas, il est présidé par M. Yuval Shany, professeur de Droit International Public, à l’Université hébraïque de Jérusalem.

Contrairement à ce que laissent entendre le Printemps républicain et d’autres, l’Arabie-Saoudite ne l’a jamais présidé. Et contrairement à ce que disent et vont dire encore les « belles âmes vertueuses », toujours promptes à parler de laïcité, quand il s’agit des musulmans et jamais quand il est question de l’Eglise catholique, la France ne pourra ignorer cette décision et sera contrainte de l’appliquer.

Beau résultat, messieurs les xénophobes !

La France, pays des Droits de l’Homme, condamnée pour discrimination, voici le résultat d’une campagne haineuse qu’ont menée allégrement les ennemis de la liberté de conscience, de l’extrême-droite aux réseaux de Manuel Valls. Quel succès ! Quel bilan ! Le résultat est si magnifique, que le gouvernement français garde un silence assourdissant des plus absolus, alors qu’il a obligation d’informer largement dessus.

La France a six mois pour prendre « toutes les mesures nécessaires pour prévenir des violations similaires à l’avenir  ». En clair, la loi El Khomri ; qui avait pris des mesures de modifications du Code du Travail (nouvel Article L.1321.2-1), en vertu de l’affaire Baby-Loup ; vient de recevoir une torpille juridique (une de plus et il y en aura d’autres en provenance de l’OIT). Rappelons qu’Emmanuel Macron, alors ministre du gouvernement de François Hollande, était totalement en accord avec la loi El Khomri. Les ordonnances « sociales » qu’il a prises ensuite, se sont toutes inscrites dans la logique de la loi Travail qui a vu défiler contre elle des centaines de milliers de travailleurs.

Nous n’oublierons pas : devront rendre des comptes publiquement les collectivités publiques et les associations « humanitaires et humanistes (sic !) » qui ont versé des centaines de milliers d’euros, parfois de fonds publics, pour financer une entreprise qui pratiquait « la discrimination en raison de la religion  ». Là aussi : bravo !

Le salarié restera un citoyen dans l’entreprise !

La Liberté de conscience vient d’obtenir une nouvelle victoire !

Paris, le 27 août 2018

* * *

Procurez- vous le numéro de l’Idée libre sur :

Laïcité et l’Entreprise

Ce numéro de l’Idée Libre, revue de la Libre Pensée, est consacré à la question « Laïcité et Entreprise » qui ne peut être abordée, selon nous, sans la placer en regard d’une analyse de ce qu’est la Doctrine Sociale de l’Église (DSE) qui éclaire l’origine et les méthodes de ses tenants.

Nous avons également voulu rappeler que le patron de « Paprec », représentant typique des défenseurs de la Loi El Khomri et chantre de ce qui est frauduleusement présenté comme étant la « laïcité dans l’entreprise » restreignant les droits et libertés des employés, ne s’est pas gêné pour indiquer aux salariés de cette société comment il fallait voter ou ne pas voter aux élections présidentielles, rejoint en cela par celui de l’entreprise « Paul ». Soulignons tout de même, qu’au-delà de dicter des consignes, leur prétention est bien de parler au nom de l’Entreprise toute entière, comme une entité totalitaire embrassant tous les domaines de l’action et de la pensée des salariés, des individus, des citoyens.

Ne voit-on pas, chaque jour, qu’Emmanuel Macron propose l’entreprise comme modèle politique, emboitant le pas à Donald Trump et Recep Erdogan qui déclaraient vouloir diriger leurs pays respectifs « comme une entreprise » ? Ne voit-on pas, chaque jour, l’accent mis sur la sacro-sainte « Société civile » et son implication dans les relations entre Capital et Travail ?

Il était donc essentiel de souligner, en contrepoint en quelque sorte, le rôle et la place du Syndicalisme tel qu’il est défini par la Charte d’Amiens. Nous avons donc fait une place importante à cet aspect, décisif à la fois pour les conquêtes sociales et pour les Libertés démocratiques.

Pour finir, il nous a semblé utile, prenant l’exemple des Hôpitaux publics, de montrer comment les adeptes de la prétendue « laïcité à l’Entreprise » n’avaient de cesse, dans une contradiction qui n’est qu’apparente, de remettre en cause la Séparation des cultes et de l’État, la Laïcité donc, dans les Services Publics.

* * *

Sommaire

Dossier : Laïcité et Entreprise

  • Mais au fait, qu’est-ce qu’une entreprise ? par Henri Huille
  • De l’échec du corporatisme à la tentation autoritaire : L’arrêt Baby loup et le projet corporatiste par Michel Godicheau
  • Baby Loup : Déclaration commune de la Fédération nationale de la Libre Pensée, de la Ligue de l’Enseignement et de la Ligue des Droits de l’Homme
  • La Liberté de conscience au Travail par Dominique Goussot
  • La Charte d’Amiens consacre la libre pensée syndicale par Jean Jayer
  • L’Idée Libre rencontre Yves Veyrier, Secrétaire Confédéral de la CGT- Force Ouvrière
  • L’Idée Libre rencontre Nathalie Verdeil, membre de la Commission Exécutive Confédérale de la CGT
  • Le Quatrième pilier ou le laboratoire irlandais par Philippe Besson
  • Destruction du Code du Travail : Comment tuer la laïcité au nom de la laïcité ? – Communiqué de la FNLP du 2 mars 2016
  • Et dans les entreprises publiques : L’exemple de l’hôpital

 Une grave atteinte à la laïcité dans les Établissements publics de santé par Claudette Coudeville

 Ils n’ont pas attendu la circulaire Guéant, trois exemples de dérives communautaires par Martine Boussel

 Une circulaire à la mode Guéant sur les hôpitaux, pétition parue dans la Raison n°569 mars 2012

Les Hommes du Vatican : Joseph Luns par Philippe Besson

Magazine : A propos de « La Grande Guerre de Classe » de Jacques Pauwels par Pierre Roy

 (Pour se procurer ce numéro : contacter la librairie de la Libre Pensée : 01 46 31 21 50 ou marina.librairielp@wanadoo.fr)

PDF - 755.8 ko
Affaire Baby-Loup !


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012